Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la pêche aux leurres en barque

la pêche aux leurres en barque

La pêche des carnassiers avec les leurres souples. Perches, brochets et sandres au programme.


L'interview de Sylvain l'Esoxiste

Publié par Philippe sur 15 Février 2016, 04:36am

Catégories : #interview

L'interview de Sylvain l'Esoxiste

A force de lire notre référence sur la toile en matière de test, d'essais, de parties de pêche, je me suis payé le toupet d'envoyer un mail à Sylvain pour lui proposer une interview, et il s'est gentiment prêter au jeu. Je l'en remercie vivement.

L'interview de Sylvain l'Esoxiste

Une présentation brève de toi et ton site.

Salut Philippe, j’ai 49 ans, fonctionnaire d’état, et j’habite à proximité d’ AUTUN aux portes du Morvan. J’ai commencé à tremper du fil tout gamin en rivière avec mon grand père puis plus sérieusement jusqu’à mon service militaire. A cette époque question leurre il n’existait que des Rapala, des twists et des cuillers Mepps et je pêchai avec une canne en fibre de verre avec un moulinet monté en nylon fluo, c’était le top pour l’époque.

Ensuite, j’ai enchaîné directement avec mon travail et la pêche est resté un peu en suspend durant quelques années mais je pêchai de temps en temps la truite, le brochet au vif et la carpe. Je m’y suis remis progressivement sans me spécialiser, j’ai même pas mal pêché à la mouche. Puis en 2004, suite à une longue maladie je m’y suis remis à fond, tellement à fond que j’ai dévoré toute la littérature halieutique, visionné quasiment toutes les vidéos, et allé à la pêche presque tous les jours durant un an.

Puis, comme tout le monde j’ai appris les techniques nouvelles, souvent seul en galérant un peu. J’ai fini par me spécialiser sur le brochet, j’adore ce poisson que certains n’apprécient pas. J’ai aussi découvert le net à cette époque et ses fantastiques possibilités.

L’idée du site m’est venue lors de mes premières parties de pêche en barque, personne ne voulait me tuyauter car j’arrivais dans ce petit univers. J’ai donc exploré seul les lacs du Morvan, trouvé les coins et les techniques qui marchent et je les ai partagé. Au début ça a fait sourire certains, grogner d’autres parce que je livrais les coins et je disais quand ça mordait puis ça c’est calmé.

Vu que je suis un peu boulimique lorsque je fais quelque chose, je me suis mis à beaucoup écrire et les lecteurs ont suivi. Le blog gratuit du début était trop limité j’ai donc monté mon propre site et j’en suis arrivé là.

L'interview de Sylvain l'Esoxiste

Ta définition d'une bonne partie de pêche :

Je suis un acharné de pêche mais seul je m’ennuie, donc une bonne partie de pêche c’est d’abord de la convivialité avec des potes, un casse croûte, un canon de blanc et éventuellement des poissons. S’il y a de nombreux et gros brochets c’est l’ apothéose ! J’aime bien bouger, découvrir de nouveaux spots, discuter avec de nouvelles têtes et apprendre, surtout apprendre, c’est ça que j’aime.

J’adore aussi naviguer sur les lacs, je m’amuse comme un gamin sur ma barque même si j’ai une personnalité de vieux ronchon que ma femme me rappelle régulièrement.

L'interview de Sylvain l'Esoxiste

L'anecdote qui t'as le plus marquée, lors de l'une de tes parties de pêche :

Rien d’exceptionnel, un chevreuil qui traverse une queue de lac et sort au milieu de mes quatre cannes tendues et me fout le bazar, Un brochet qui mord sur mon ondulante dans mes pieds alors qu’il ne me reste que 10 cm de fil sorti, j’ai eu le réflexe d’ouvrir le pick up sinon ça aurait cassé. Une perche prise cette année au leurre, suivie par une autre curieuse et les deux finissent ensemble dans l’épuisette, les gros poissons loupés, décrochés…. Ca c’est les heureuses.

Les malheureuses : Bouchon de nable oublié sur le bass boat à Vouglans, je m’en aperçois à 20 m du bord, galère pour le remettre et bateau au trois quart plein d’eau..Merci les pompes de cale. Il y a deux ans à Mequinenza, le bass boat qui ne veut pas se décoller de la remorque, je laisse le moteur enclenché en marche arrière à mi régime et je saute sur la plateforme arrière…Je glisse et tombe à l’eau, mon sweat est happé par l’hélice et j’arrête celle-ci avec mon dos ! Aie, ça pique ! N’empêche que j’aurais pu me noyer.

L'interview de Sylvain l'Esoxiste

Ton regard sur la pêche passée et celle à venir ?

La pêche il y a quelques années était plus simple en tout, pour le carnassier il n’y avait pas de polémiques, chacun faisait comme il voulait, gardait ou relâchait ses prises, maintenant ça devient parfois malsain avec des pêcheurs qui ne se saluent même plus, qui n’entament plus la conversation sur la pêche du jour, ça craint.

La pêche du carnassier va encore se développer puis s’apaiser comme celle de la carpe, elle est encore jeune et bouillonnante, elle finira par s’assagir lorsque les tenants de l’immobilisme seront trop vieux et les utopistes auront pris un peu de bouteille (au sens figuré, quoique ?).

Le carnassier devrait se développer avec les quotas, la hausse des mailles mais aussi les clubs qui œuvrent pour, j’espère que le float et la barque seront autorisés partout un jour, mais là je rêve.

L'interview de Sylvain l'Esoxiste

Tu suis la compétition de très près , mais y participe peu, pourquoi ?

La compet c’est sympa, convivial, on apprend beaucoup donc c’est tout à fait ce qui me correspond mais c’est chronophage et on finit par rester entre compétiteurs. Il y a aussi quelques c.ns qui croient avoir tout vu et tout pêché. Après, je ne vais pas à la pêche pour me mesurer aux autres mais pour me mesurer au poisson… Mettez deux gars de même niveau sur un lac, un prendra plus que l’autre, c’est aléatoire et la chance y est pour beaucoup donc je préfère mes sorties tranquilles avec les copains et j’ai près de 50 balais, plus envie de me faire violence.

L'interview de Sylvain l'Esoxiste

Quels sont tes projets pour l'avenir ?

Des voyages de pêche évidemment, cette année je dois partir en Irlande, en Extrémadure (Espagne) et si tout va bien en Hollande…Mon regret est de ne pas encore être allé au Canada ou aux Etats Unis, mais j’irai c’est sûr. J’irai aussi pêcher les poissons tropicaux comme les carangues en mer, les Peacock Bass en Amérique du sud, ça j’en rêve régulièrement.

Je vais aussi me remettre doucement à la mouche, ça me manque et 2016 sera l’année du fouet pour moi.

Si tout vas bien dans 5 ans je serai en retraite et je pourrai encore plus me consacrer à la pêche. J’ai déjà écrit un brouillon de bouquin, peut être sortira il un jour ? Mon petit rêve est de collaborer avec une revue pêche qui laisserait tous les points de vue s’exprimer, vifs et leurres par exemple, et ça pourrait se concrétiser dans quelques mois, avec le seul but de faciliter la pêche à tous, pour tous et sans se soucier des modes artificielles.

Et j'envisage une conclusion autour de ton petit monde qui te permet de nous écrire autant d'articles, car cela demande du temps en recherche et rédaction.

Je rédige le soir et le week end, j’ai cette chance d’écrire assez vite et (selon les autres) assez clairement. Je fais mes recherches dès que j’ai deux minutes et je mets mes articles en ligne entre 12h30 et 13h30, en gros je mange en un quart d’heure le midi mais pas le choix car ce rythme est comme celui d’un coureur, si je ralentis je ne pourrais peut être pas retrouver ce rythme plutôt soutenu.

Pour donner une idée, je rentre du boulot à 18h30, j’allume l’ordi et je l’éteins à 21h30 pour souper. Au début mon épouse ne comprenait pas mais elle a intégré que c’était mon truc et elle me laisse faire, ce qui est bien c’est qu’elle partage ma passion sinon ça n’aurait pas pu se dérouler comme ça.

En conclusion : J’ai toujours gardé une sorte d’âme d’enfant dans la pêche, ceci est du au fait que le poisson échappe à ma compréhension. Je suis épaté comme un gosse lorsqu’un journaliste halieutique connu ou un compétiteur me tutoie, lorsqu’une marque me demande de donner un avis objectif sur ses produits, lorsque des lecteurs que je croise en salon me félicitent, j’adore ça ! Ce n’est pas pour me la péter mais ça fait rudement plaisir de voir que son boulot fait plaisir à quelqu’un. Je suis resté un simple pêcheur qui refuse d’être sponsorisé et qui s’étonne encore de beaucoup de choses. Le fait que tu m’ai demandé cette interview me fait super plaisir car je n’ai jamais la possibilité de m’exprimer sur le pourquoi de mon engagement.

On me reproche plein de choses, une minorité me reproche plein de choses mais il est évident qu’avec mes positions tranchées je ne peux pas plaire à tout le monde, et peu importe je ne suis pas un professionnel juste un amateur.

Encore un grand merci à Sylvain de s'être prêté au jeu et qui initie donc cette nouvelle rubrique sur le blog.

Commenter cet article

L
Salut phil et sylvain, continuez les commentaires de ce genre, pour ma part parfois les soirs je prefere parcourir le blog esoxiste que de zaper sur la tnt, ça permet de partager une passion via les sites Internet, meme si on ne se connaît pas forcément on a les mêmes idéaux, quelques énergumènes critiquent sur le blog, mais ça fait partie du jeu, a plus et avec plaisir!
Répondre
B
très chouette cette interview!! Un pêcheur sans prise de tête comme je les aime.
Répondre
R
merci très bien cette article et reste comme tu est sylvain
Répondre
S
Cool !!<br /> Merci Phil
Répondre
P
Normal, tu fais beaucoup pour notre passion. Grace à la multitude d'infos sur ton site, un jeune pêcheur s'y perdra moins.

Archives

Articles récents